Danse paysages – Résidence et performance – Cie Balades

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 10/12/2014
15 h 30 min - 16 h 00 min

Emplacement
ESPE Académie de Lyon

Catégories


La Compagnie Balades, direction artistique Sylvie Giron était présente à l’ESPE pour des performances, impromptus ateliers et échanges chorégraphiques du 17 novembre au 10 décembre 2014.

    • Des impromptus chorégraphiques dans les classes

    • Des performances dansées dans l’ESPE

    • Un projet participatif : danse paysages


Danse paysages Compagnie Balades
Résidence à partir du 17 novembre et le 10 décembre pendant la Semaine des Arts
Chorégraphe : Sylvie Giron
Interprétation : Bryan Eliason, Lisa Magnan et Sylvie Giron
Le mercredi 10 décembre à 15h25



 CorpsPaysage Ce projet Danse-Paysages envisage une approche du corps comme «géographie de relations» dans des espaces multiples.

Le corps, le mouvement sont facteurs essentiels d’altérité et nous invitons tous les étudiants de l’ESPE à découvrir, expérimenter, ressentir, regarder les différentes facettes d’une démarche de création qui conduira en décembre à une production collective dansée.

En partenariat avec la DRAC, l’ESPE et Sylvie Berthier, la Compagnie Balades et trois de ses interprètes proposeront des temps forts chorégraphiques depuis le mois de novembre jusqu’en Décembre 2014.

Ce projet Danse-Paysages s’inscrit dans une volonté de rendre accessible la danse au plus grand nombre.

Offrir des temps de regard
Réfléchir sur les pratiques
Comprendre les œuvres
Interroger les démarches de création
Rencontrer des artistes
Entrer en danse

Entre médiation et pratique ce projet s’inscrit dans la mission de formation initiale de l’ESPE.

Mettre en jeu les matières de base de la danse dans des espaces différents …faire l’expérience d’un corps poète dans l’espace.

CoprsPaysage2 Fil directeur de ce travail la notion d’espace sera interrogée de manière singulière, les danseurs proposeront des spectacles, des performances, des impromptus, des ateliers des échanges qui amèneront chacun à expérimenter une partition de danse que nous partagerons ensemble le mercredi 10 décembre entre 12h et 16h

Cette performance sera progressivement construite avec tous les acteurs de l’ESPE de Lyon lors de ce temps de résidence in situ. 

Le point de vue des spectateurs

Du silence, quelques mots pour créer un mouvement dansé : chute, membre du corps.
Danser avec juste la tête. Remplir l’espace les yeux fermés.
Prétendre que l’exercice est facile.
Un jeu déroutant qui sort de l’ordinaire
En somme un bon moment

 J’ai assisté à la danse improvisée.
Au début j’ai halluciné, puis j’ai observé et enfin apprécié.
Pas facile de proposer alors que l’on vient juste de découvrir.
La deuxième fois j’ai apprécié et même participé.
C’était prenant, ca faisait rire, c’était plaisant.

Impressionnée par la capacité physique des danseurs
Par la capacité à toujours faire des mouvements sans que ce soit répétitif.
Déçu par mon manque de vocabulaire et de ce fait de ne pouvoir interagir

Interprétation totale.
Importance du mouvement avec contraintes.
Le silence comme « décor » dans un environnement inhabituel.
La danse seule ou partagée, libre ou ordonnée.
La partie du corps comme moteur.

J’ai trouvé cette intervention déroutante mais plutôt agréable.
Mais je n’ai pas compris le sens, l’intérêt de cette prestation.

Lors de la première impro j’ai été étonnée et je me demandais ce qui se passait.
Lors de la seconde impro j’ai été inspirée et j’ai dansé avec eux.
Je suis rentrée dans leur monde imaginaire en exécutant des mouvements discontinus.

J’ai ressenti quelque chose d’indescriptible, à mi-chemin entre l’incompréhension et la compassion. Vraiment déroutant, comme l’expression d’un mal être.

Je me suis senti un peu perdu, étant en situation particulière et non habituelle : en classe, en cours. Je ne savais pas comment réagir.

J’ai été étonnée surprise que des personnes osent improviser toute une journée devant le regard de tout l’ESPE même jusque dans la BU.

 HAIKUS des étudiants  réalisés avec en cours de français suite à un impromptu dans la classe de Nicole Horthous 

Sous la pluie / dans cette étrange rue / une tortue mitigée

Mouvement du corps / libre comme le vent / La danse

Trois corps / Frôlements entre des ronces / Incongru

Fluide ou saccadé / sous ton bonnet coloré / un cours en hiver

En pleine leçon d’automne / Dansent pour le printemps / Les trois bonnets

Un platane entrelacé / une tempête de feuilles humides / paleur d’un au-delà gris

S’entremêlent / dans la sceptique cage / les trois roseaux

Gestes légers / entre feuilles et cahiers / les yeux fermés s’envolent

Souffle saccadé / auréole du mouvement / bulle dans le vent

Moment dansé / Faisant tomber jusqu’aux dernières feuilles / Le temps d’un automne

Vraie nature de la danse / pure et automnale / face au public

Tout à coup / Espace changé, tourbillonné / Bonnet bleu

Le mot coloré / s’endort, se réveille / rythmé

Un accroc d’automne / Les corps déchainés dansent / Coquelicots de vent

Lieu Insolite / Un rouge danse artistique / Roseau d’Automne

Entrée en piste chauffée / Gestes pris dans le jeu / Au gré des mots

Pris à partie / Armée de corps mous / Enveloppe et gesticule

Tonnerre en cours / pluie tricolore d’animaux déchainés / lacher danser

En hiver / Un étrange platane gris / Se meut dans la nuit

En déséquilibre / fleurissent / les corps fluides

Pluie d’automne / sous nos yeux danse mouvante / tournesol agité

Surprise acidulée / Danse autour de silences / Le printemps dans l’hiver

Novembre et silence / Cramponnés aux tables de la salle de classe / Danseurs démembrés

Feuilles relevées / Mouvements libres, légers / Trois personnes

Trois ombres enfermées / Grandissantes à la lumière / Guidées par le nez

Papillon insipide / Se cogne coule se cramponne / Arc-en-ciel invisible

Encadrement violet / mots et gestes entrechoqués / danse d’automne

Feuilles sans vie / Victimes de son manteau de feu / Tourbillon

Trois acrobates / Dégoulinants d’inspiration / Danse élastique

Les stalactites / regardent les gouttes / Danser