Accueil

Temps d’Arts, c’est quoi?

Mise en page 1A  partir du 1er novembre débutera à l’ESPE de Lyon « Temps d’Arts » . Ce projet est un parcours de formation qui débute en master 1 et chemine tout au long de vie professionnelle de l’enseignant. « TDA#2 » est un terreau fécond pour la construction des savoirs professionnels liés à l’éducation artistique et culturelle, à l’interdisciplinarité, à la polyvalence, à la coopération et au partenariat.
Des événements artistiques et culturels vont s’enchaîner de novembre à avril, dans des domaines artistiques  comme les arts visuels, la danse, le théâtre, la musique et la recherche.

ALTEROPHILIE : à la rencontre de l’autre
Par le prisme de l’éducation artistique et culturelle, nous aborderons sous des angles singuliers et pluriels les questions qui touchent à l’altérité, la différence, la diversité,  les cultures, les rencontres , la laïcité .

Plus d’informations sur les temps d’arts et bilan de cette édition 2015

 

[URIS id=1761]

Livre d’or

Extraits des petits papiers

Cette journée m’a permis de découvrir une activité que je ne connaissais pas : la danse africaine
Un grand merci à l’équipe enseignante qui a su organiser des activités enrichissantes. Bravo à tous !
Le pique-nique c’était une belle occasion de faire quelque chose ensemble 
De très beaux moments passés avec les autres étudiants et les professeurs. Des moments forts tels que l’accompagnement de chanteurs par les étudiants de l’atelier de percussions ou le pique-nique et le sel coloré.
L’émotion sur le visage du danseur était très forte et la performance impressionnante.
Formidable temps d’échanges ! À refaire
Un moment sympa, sans prise de tête, parfois bizarre, l’insecte géant et le danseur un peu en mode trappeur/animal
Je m’entraine encore sur les grues en origami. J’aime beaucoup l’histoire et le symbole de paix.
Un moment suspendu
C’était une journée riche à plusieurs points de vue, aussi bien dans les rencontres avec les professeurs que pour les découvertes artistiques … il faudrait des journées de formation telles que celle-ci plus régulièrement.
La création éphémère a été un grand moment de partage et de plaisir
Je ne sais pas quoi penser de cette performance de danse …
J’ai beaucoup aimé le spectacle du tour du monde, intérêt pour son regard multi culturel et surtout l’échange avec la danseuse à la fin bilan très positif
La conférence de 8h m’a permis de mettre des mots sur l’art, ce qui me paraissait difficile jusqu’à présent …
Intervention dansée surprenante, il est difficile d’exprimer clairement mon ressenti par rapport à ce moment d(expression libre et impromptu.
Lomm spectacle surprenant
Débat philo le matin, très intéressant, un peu ardu !
Littérature de jeunesse à la bu passionnant, riche, donne envie de lire des livres d’artistes
La performance du midi très généreuse, belle idée
Atelier origami beau travail collectif pour le projet d’exposition
Une respiration dans cette formation dense 
La chance de voir des impro dans les couloirs m’a beaucoup plu
Un grand merci et bravo pour l’organisation de cette journée. En dehors des apports pédagogiques, culturels et artistiques mobilisables en classe, j’ai trouvé que temps d’arts a été un moyen génial de croiser d’autres groupes de master, de voir les formateurs dans un autre contexte et partager une journée différente, riche en échanges permettant une cohésion de groupe et un esprit d’école de formation 
L’atelier littérature de jeunesse m’a fait découvrir des albums à exploiter en classe
Je trouve important de continuer à organiser une telle manifestation. Elle permet à tous les étudiants de l’ESPE de se retrouver et de former un seul et même corps.
Tout le monde est étranger à l’autre et pourtant l’altruisme était de mise.
J’ai fait partie de l’atelier théâtre.
Le groupe ne faisait qu’un et on a vraiment offert notre travail à un public divers et varié.
Ce projet me semble une bonne initiative pour parler de l’altérité, mais surtout la façon de l’aborder en classe. On peut voir des pistes pédagogiques.

Bilans reçus par mails

Tout d’abord merci pour la journée Temps d’Arts, à laquelle j’ai participé et qui ne m’a absolument pas déçue, au contraire.

J’ai trouvé cette journée non seulement divertissante, mais aussi très intéressante du point de vue de la réflexion qu’elle pose. J’ai eu la chance de faire partie de l’atelier sur les arts visuels – pratique artistique, qui m’avait déjà permis de faire évoluer la représentation des arts que j’avais. Cette journée s’est inscrite dans le prolongement de ma réflexion dans la mesure où j’ai pu percevoir davantage ce qui se joue dans le lien à l’autre à travers les arts. De plus, cela m’encourage à percevoir les arts comme une pratique fondamentale et qui ne peut être mise de côté dans l’enseignement.
La diversité et la qualité des ateliers, conférences et autres activités proposées lors de cette journée est également un point remarquable. La conférence sur les danses urbaines était absolument géniale ! Je vous remercie pour votre investissement et pour cette journée que vous nous avez organisé. Marie

J’ai beaucoup apprécié cette journée. J’ai assisté aux 2 conférences, à 2 ateliers et à l’animation du temps méridien. J’ai regretté que tous les ateliers soient répartis sur deux horaires : 10h-12h et 14-16h, j’aurais aimé participer à plus d’ateliers, tester plus de choses ; ça a été difficile de faire un choix ! Mais j’ai beaucoup aimé les 2 ateliers que j’ai suivis : littérature jeunesse  et conférence dansée sur la danse urbaine. J’ai aussi énormément apprécié participer à la fresque éphémère en sels colorés durant le pique-nique. C’était une très jolie œuvre commune et, une expérience unique qui m’a beaucoup plu. J’ai apprécié la conférence du matin, c’était intéressant de voir l’art et l’altérité d’un point de vue philosophique. J’ai été beaucoup moins convaincue par la conférence qui clôturait la journée. Je l’ai trouvée décousue, posant beaucoup de questions et donnant peu de réponses, elle ne m’a pour ainsi dire rien appris. Mais le bilan global de ma journée est très positif et je suis heureuse que l’ESPE propose une expérience artistique telle que celle de temps d’art. Frédérique

​Avec du retard voici notre retour pour la journée des temps d’arts:
– atelier d’origami: très agréable et attente du résultat final devant la B.U.
– atelier de percussions: superbe découverte! Nous avons même demandé à Mr Segui d’en faire un atelier le midi au second semestre.
– atelier de chants avec Mme Landry: très intéressant et ludique.
Superbe rencontre à la fin avec l’atelier de percussions.
– Il est dommage de devoir choisir un atelier alors que tous avaient l’air intéressant !! Nous aurions aimé pouvoir en faire et découvrir plus!! Un créneau pour tant d’ateliers c’est si peu !
– pique-nique: il manquait de la musique pour mettre un peu plus d’ambiance. Cette idée était vraiment super! Dommage que ça n’arrive qu’une fois par an!
– représentations théâtrales de l’après-midi: belle initiative et beau travail de nos camarades. C’est vraiment super de pouvoir les voir jouer, et se mettre en scène (ils deviennent acteurs de cette journée).
– spectacle de danse à 14h au gymnase rouge: magnifique représentation, très enrichissante
– l’exposition des productions d’arts visuels est intéressante à voir.
En bref, MERCI à tous les intervenants, merci d’avoir organisé cette journée et toutes les manifestations qui vont avec. C’était un vrai bonheur de pouvoir y participer.

Superbe cette initiative de la semaine des arts organisée par Sylvie et les formateurs.
* J’ai pu participer au spectacle de loom que j’ai revu avec plaisir. Ce n’est jamais le même spectacle en fonction des conditions d’espace. Deux danseuses magnifiques toutes en ondulation. De vrais serpents qui sautent. L’échange final a été très riche.
* la journée du mercredi 25 décembre a été forte d’aventures et de rencontres. Les multiples ateliers permettaient une belle pratique. La conférence dansée de Dalila extrêmement fournie et vivante. Le pique nique au gymnase, une belle rencontre des étudiants et des formateurs dans un cadre simple. L’atelier de Dalila, une découverte du crunch et de la house. L’échange avec François Chaigneau qui nous permet de comprendre sa démarche artistique. Bravo, en attente de la suite des rencontres! Françoise

BILAN TEMPS DES ARTS

La journée des Temps des Arts du 25 novembre 2015 (journée principale du Temps des Arts) a renforcé l’expérience vécue en atelier. En effet, le midi, l’ensemble des étudiants présents a participé à la création d’un mandala géant en sables coloré. On voit que tout le monde a pris part en apportant sa « touche » personnelle qui a permis de faire une frise très longue et donc confectionner une oeuvre à partir de plusieurs petites oeuvres. Même chose pour l’exposition des travaux réalisés par les étudiants avec l’affichage des mains ou du tressage. On voit qu’on peut « transférer » cela dans une école : partir d’un sujet commun, ici « l’altérophilie », et chaque classe confectionne des oeuvres qui seront ensuite exposées pour que l’ensemble des classes puisse voir le travail accompli.

Je remercie Madame Ladret pour le temps qu’elle nous accordé et l’organisation de cette journée. Seul point négatif que j’aimerais souligner c’est que 10 heures d’atelier en Arts Visuels et même dans notre cursus ne suffisent pas ! Ceux qui n’ont aucune notion ne peuvent assimiler que certaines choses et je pense que c’est trop peu pour pouvoir pratiquer convenablement les Arts Visuels dans leur future classe.

Amélie, M1

J’ai assisté aux Temps des Arts, évènement d’éveil à la culture et qui s’est tenu deux semaines après les attentats à Paris. Parler d’altérité à travers les Arts alors que la Culture et la Liberté étaient les cibles de terroristes prend une autre dimension. L’art s’affirme comme synonyme de liberté, de l’expression d’une pensée comme d’une émancipation. Contenir l’Art équivaut à vouloir posséder un peuple et ses émotions. Réaliser et exposer une œuvre d’Art encourage au partage, au dialogue et à l’interprétation. J’ai assisté à plusieurs

représentations et j’ai réalisé que nous, public, n’entendions pas la même histoire mais que nous pouvions cependant en débattre. D’ailleurs, ces débats ont créé des réponses supérieures à nos idées initiales. Il en va de même avec la fresque polyglotte que nous avons réalisée en atelier d’arts plastiques . J’y suis allée avec des camarades qui ne connaissaient pas notre intention. Elles ont croisé leurs impressions avec les autres œuvres exposées dans la galerie pour en arriver à l’éventuelle conclusion qu’écrire était le reflet de la vie et que la langue n’avait pas d’importante pour transmettre cet espoir. La conférence de Jean DUVILLARD a répondu sur le coup aux interrogations qui me traversaient à la suite de ce passage dans la galerie. Il faut être confronté à d’autres

œuvres et s’entraîner à les interpréter pour construire sa sensibilité artistique et ainsi savoir lire une œuvre au-delà même de ses enseignements primaires. Observer une œuvre c’est regarder le monde et son histoire.

Je suis sortie transformée de cette journée banalisée. Je pense avec une intensité progressive que l’Education et la Pratique artistiques devraient être davantage valorisées dans les programmes. L’expérience artistique laisse une trace et construit un être ;
Caroline M1

La performance artistique Grains de sels qui a eu lieu dans le cadre du projet Temps d’Arts avec Mme Ladret a été vécue par l’ensemble des étudiants comme un véritable moment de convivialité, une expérience hors du temps durant laquelle tous se sont montrés ouverts et volontaires pour créer ensemble.

Ce travail de création illustre les vertus du travail collectif, du métissage. A travers la création artistique nous avons fait oeuvre de nous-même, nous avons expérimenté la puissance de la mixité, de l’échange, du partage, de la collaboration. Cette performance a été vécue comme un réel apprentissage du vivre ensemble ; nous avons été amenés à construire une fresque éphémère ensemble, partager, vivre une expérience ensemble. Inviter « l’autre » à participer à ce spectacle vivant, à s’exprimer par l’art, nous a permis d’entrer en relation avec les autres et à se respecter mutuellement. La pratique artistique permet d’accéder à la connaissance de soi, mais aussi des autres. Ce projet artistique a permis de développer un sentiment d’appartenance à une même « communauté » et à cultiver la confiance en soi, comme en l’autre ; il s’est instauré une relation fondée sur la confiance réciproque. De plus, cette expérience est un très bel exemple de démocratisation de l’art et un excellent témoignage de paix et de solidarité.
Héloise , M1, 111V2

C’est avec une boule au ventre que j’ai franchi la porte de l’ESPE ce mercredi matin 25 novembre. J’ai eu le sentiment que tout était bien trop silencieux pour une journée qui se devait être particulière avec de multiples manifestations et propositions artistiques. Je m’étais inscrite dans un atelier chant pour découvrir cette sphère artistique qui m’est complétement inconnue. Le contenu fut riche et une joie collective nous a soudé autour d’un moment créatif partagé. Cependant, j’ai trouvé dommage que les ateliers soient autant cloisonnés. Je m’attendais à ce qu’on puisse partager à un moment ou un autre nos créations collectives diverses. C’est pour cette raison, que j’ai particulièrement apprécié le moment du pique-nique artistique durant lequel, j’ai pu assister à une création chorégraphique réalisée dans le cadre de cette journée mais aussi à la conception d’une fresque collective éphémère à partir de sels colorés. C’est la première fois que je participais à une performance et je trouve que ce type de pratique artistique était plutôt bien adaptée à la thématique générale de l’altérité puisqu’elle convie les spectateurs à devenir acteurs et à élaborer un projet ensemble qui prend toute sa force dans sa dimension spontanée et éphémère. Par ailleurs, contribuer à une œuvre artistique et cela indépendamment d’un talent éventuel et une démarche peut se prévaloir de revendiquer une chose essentielle et centrale pour l’école de la république : l’égalité des chances.
Liane, M1

La performance participative « A chacun son grain de sel » lors de la journée Temps d’Arts m’a provoquée de réelles émotions. En effet, je ne m’attendais honnêtement pas à une telle participation, à un tel engouement de la part de toutes les personnes présentes et surtout à un tel résultat. Lors de la réalisation de cette fresque collective à base de sel coloré, j’ai trouvé le choix des musiques qui accompagnaient la création de l’oeuvre très bien choisies car elles conféraient au moment une ambiance très conviviale. Enfin, j’ai apprécié le fait de voir le plaisir de chacun à prendre part à cette oeuvre éphémère et de voir la rencontrede l’autre, autant artistiquement qu’humainement, ce qui était le but de cette oeuvre éphémère. Coline , M1

La performance du Temps d’Arts a pris toute sa dimension symbolique après les évènements de Paris de par le rassemblement autour d’un but commun : la réalisation d’une œuvre collaborative éphémère. Être tous ensemble a insufflé une dynamique. Beaucoup de personnes présentes se sont prêtées au jeu, dont même certains formateurs. Il n’a finalement pas été nécessaire d’aller chercher des personnes ; le public attendait autour de l’œuvre pour participer.Cette performance m’a fait prendre conscience que le travail collectif en art visuel pouvait ne pas être un simple travail de groupe mais un vrai travail d’équipe. Elle me semble intéressante à reproduire avec des élèves. Solenn, M1

Ces journées ont été instructives : les intervenants, performances, expositions. Même si j’ai toujours eu attrait à la culture artistique, cette fois-ci c’est nous-même qui avons pu performer et exposer nos oeuvres ce qui est je pense une occasion qui ne se présentera pas souvent ! La performance avec le sel a été je trouve un succès, tout le monde s’est pris au jeu ce qui a créé une sorte d’harmonie entre tous par la création d’une oeuvre collective. J’ai beaucoup apprécié les ateliers de danse, milieu que je connais peu, tout comme le spectacle de danses urbaines. Le fait d’entendre des professionnels en conférence parler de leur métiers souvent méconnus pour nous, d’apercevoir des artistes dans les locaux de l’ESPE et tout autre intervention mise en place nous a poussé à nous intéresser davantage à quelque chose souvent placé au second plan : la grande variété des milieux artistiques. Même si l’Art n’est pas forcément au goût de tous, ilest important de démocratiser son accès. C’est ce que l’on prône avec les Arts à l’école au vue d’une culture ouverte à tous. Ainsi j’ai trouvé ce concept du Temps des Arts essentiel pour nous, futurs professeurs, qui pourront permettre cet accès à nos futurs élèves. Aude M1

J’ai adoré participer à l’œuvre éphémère le 25 Novembre. Toutes les personnes présentes ont joué le jeu et ont participé, sans aucune réticence, voire même avec envie. Ça a permis des échanges, de paroles, d’arts, de découvrir de nouvelles personnes, d’apprendre à en découvrir d’autres sous un autre jour. C’était très agréable. Julie, M1

Si j’ai apprécié l’œuvre éphémère dans temps d’arts ainsi que toutes les prestations artistiques de mes collègues, j’ai cependant eu plus de difficultés à comprendre la danse d’un homme en collant blanc et chapeau de Davy Crocket. Tous les goûts sont dans la nature… les miens sont peut-être plus communs. Anne, M1

L’expérience de l’art peut aussi être vécue à travers des festivals comme celui de Temps des Arts, du 25 novembre dernier. Celui-ci a permis un rassemblement de tous l’ESPE. Chacun a pu, à sa manière, participer à différents ateliers artistiques et découvrir, approfondir ce qu ‘est l’Art, sous toutes ses formes. Que ce soit par la danse, le théâtre, la littérature, l’exposition ou encore une réflexion plus poussée, grâce aux conférences. Les ateliers « Collection du monde » et « L’art dans la littérature jeunesse » auxquels j’ai participé, ont été très enrichissant pour moi et ma formation. Le premier décrivait la mise en place d’une exposition, que nous avons ensuite mise en pratique, en créant notre propre exposition. Chose que nous pourrons très bien réutiliser après une visite au musée avec une classe, afin d’approfondir le sujet. De plus, cette activité change du traditionnel « dessine moi ce que tu as vu »,qui ne garantien pas forcement une compréhension de la part de l’enfant sur ce qu’est un musée, comment il fonctionne et à quoi il sert. Le deuxième atelier, quant à lui, a été une bonne découverte de l’album jeunesse et des richesses qui s’y cachent. Les auteurs, en y incrustant une multitude de références, les transforment en de véritables oeuvres d’art, appréciées aussi bien des enfants que des parents. Cela m’a permis de découvrir que les différentes lectures et interprétations qui en découlent sont intéressantes à travailler et analyser en classe et adaptables à tous les niveaux. Le noyau du festival fût la performance collective où chacun a pu réaliser, grâce à du sel coloré, un dessin, complété par autrui, qui se devait de respecter la trame utilisée auparavant. Cette écoute de l’autre a alors donné naissance à un dialogue tout entier, sinon une frise colorée, qui malgré la diversité des dessins proposés, a crée une véritable unité artistique. Cela a alors permis à chacun de se « mettre en art », de « s’approprier l’art », en participant à une performance. Une performance qui, comme beaucoup, fut éphémère, car détruite par la suite. Sans doute pour montrer que l’art est avant tout un instant, que l’art change, l’art évolue, mais qu’il laisse et laissera toujours des traces,
Justine M1

Au début, je ne comprenais pas vraiment le but de cette journée bloquée sur l’emploi du temps de tous les étudiants. Issue d’une faculté, je n’avais pas l’habitude que l’administration le fasse surtout pour les arts souvent considérés comme secondaire. Mais au fil des séances et des discussions avec les autres étudiants (venant des ateliers théâtre, danse) j’ai commencé à comprendre l’importance de cette journée. Elle nous a permis de nous retrouver dans un autre contexte que les cours « classiques », de nous découvrir sous un autre angle : celui des arts. Ainsi, les arts est véritablement une langue universelle que chacun peut comprendre. Ils permettent de faire tomber les potentielles barrières pour aller vers l’autre, créer ensemble. La fresque avec le sel l’illustre très bien. Avec malheureusement, les tragiques évènements, elle a permis que chacun s’exprime. Je pense qu’on avait besoin d’être ensemble, de montrer qu’à travers les arts, l’humanité perdurera. Cette journée m’a permis d’être spectatrice mais aussi actrice. Spectatrice en regardant la production des autres et actrice avec la création de la fresque, l’exposition des créations faites pendant les ateliers et ma participation dans l’atelier « collection du monde ». Nelly, M1

Temps des Arts, a été pour moi, une journée de découverte. Premièrement au sein même de l’université, cela a permis un rassemblement, sur un même thème, d’étudiants qui ne se croisent pas en temps normal. Cela a donné de la vie à l’université. La performance que nous avons réalisé était très forte en sens. En ces temps sombres, l’art a joué un rôle de médiateur, il a permis de resserrer les liens. Tout le monde y a pris part avec enthousiasme, chacun a pu sortir quelque chose de lui-même pour le mettre au service de la création des autres, en vue de créer une seule et même œuvre commune. Juliette M1

La journée m’a permis de découvrir et de participer à des formes d’arts qui m’étaient alors inconnues, comme l’était, par exemple, la danse africaine. Dans cette recherche de l’Art, ce projet est essentiel puisqu’il permet à la musique, au théâtre, aux arts visuels et à la danse de s’exprimer à travers un projet, un thème commun. Dans le cadre de cet atelier, j’ai ainsi pris part à une performance commune. Mes doutes se sont rapidement dissipés : la performance a réellement été un échange, tous ont souhaité participer à l’expérience, ajouter son « grain de sel » à l’œuvre commune. Ici, l’art nous a rassemblés autour d’un même projet, autour d’une même œuvre. Étudiants comme formateurs, tous ont contribué à expérience enrichissante. Cette collaboration et cette fierté partagée d’avoir créé une œuvre tous ensemble a modifié ma vision de ce que représentait l’Art. Cinthya , M1

Temps d’Art : cohésion – création – dialogue – diversité – engagement Cette journée dédiée aux arts et aux créations artistiques a été un très bel exemple de ce qui peut-être fait dans une institution scolaire. Une telle journée peut en effet être repris sous cette forme à l’école primaire. Cela montre comment les arts peuvent réunir des personnes différentes et créer une véritable synergie. La réalisation de la frise collaborative à l’aide des sels colorés m’a particulièrement beaucoup plu. Créer ainsi, les uns avec les autres permet de faire naître une réelle cohésion entre les élèves mais également avec les professeurs et l’équipe éducative. Ce projet d’envergure m’a également montré la diversité des créations que peut réunir un seul et même thème,qui fait appel à tous les arts. Alice M1

L’altérité a pris tout son sens aujourd’hui. Il s’est créé une véritable communion entre les étudiants de l’ESPE. Un échange d’émotions, de sensations au travers du théâtre, de la danse et de l’art visuel. Chacun a pu laisser parler son inconscient, se laisser aller et ouvrir son esprit, que ce soit en tant que réalisateur d’une œuvre, ou en tant que spectateur. Les différents travaux que nous avons réalisés en atelier étaient par groupes de quatre étudiants. Mais quand une réalisation d’un petit groupe est associée à d’autres réalisations émanant d’autres petits groupes, ça donne une œuvre gigantesque, haute en couleurs et en sensations. Je pense que l’altérité c’est ça, réunir la force individuelle de chacun pour en faire une force collective. Aurélie 111J3

TDDAProgTélécharger le programme en pdf

Evènement à venir

Pas de Événements

Calendrier

Articles récents

  1. Semaine des arts 2014 : programme Commentaires fermés sur Semaine des arts 2014 : programme